Lanrivoaré

Toponymie
Repris de la page de wikipedia :

Le nom Lanrivoaré provient du breton lan (« ermitage ») et de saint Rivoaré (ou saint Rigur ou saint Rivoal ou saint Riware), oncle de saint Hervé. Lanrivoaré est issu d'un démembrement de la paroisse de l'Armorique primitive de Milizac, fit partie de archidiaconé d'Ac'h et fut un temps une trève de Plourin au sein de l'ancien évêché de Léon21.
Saint Riware (dit aussi saint Rivoaré) aurait donc été le chef d'une tribu d'émigrés bretons qui aurait été immolée par des païens en haine de leur foi, et c'est en souvenir de ce massacre qu'on aurait conservé leurs restes à Lanrivoaré dans le « cimetière des Saints », entièrement dallé, dans lequel on ne pénètre qu'en se déchaussant. On y voit une croix au pied de laquelle se trouvent sept pierres rondes ayant quelque analogie avec la forme de pains de ménage. On dit que ces pains furent changés en pierre par saint Riware (dit aussi saint Rivoaré), à l'étalage d'un boulanger qui lui aurait refusé l'aumône. Ce cimetière est dénommé « cimetière des 7 777 Saints martyrs », mais en breton, l'on dit 7 mille, 7 cents 7 vingts et 7 (c'est-à-dire 7 847) auxquels, si on ajoute les 7 pierres de la croix, on trouve le chiffre 7 854.

Monuments
Repris de la page de wikipedia :
  • Le Cimetière des 7 777 saints, (page de wikipedia de la commune) extrait : "Le cimetière comprend un enclos où les sépultures des 7 847 saints martyrisés par les païens. Le nom du cimetière est dû à la mauvaise traduction en français du nombre 7 847 breton. Dans cet enclos se trouve un autel de granite surmonté d'une croix et abritant la statue de saint Hervé".
  • L’église paroissiale Saint-Rivoaré, (page de wikipedia de la commune) extrait : " l'église, en forme de croix latine, comprend une nef datant de 1583, formée de quatre travées avec bas-côtés, séparée par un arc diaphragme d'un transept et d'un chœur profond à pans coupés. Le pignon ouest a été reconstruit au XVIIIe siècle. Un petit ossuaire transformé en chapelle des fonts se trouve à gauche du porche occidental de l'église. Le cadran solaire date de 1677 et les cloches de 1748 - 1749. "
  • L'ermitage de saint Hervé, (page de wikipedia de la commune) extrait : "à Costhouarné ; on y voit une cabane en pierre qui aurait été la cellule du saint, une fontaine sacrée et les ruines d'une chapelle".