Locmaria-Plouzané

Pour commencer les liens vers les pages de wiki-brest et de wikipedia

Toponymie
Repris dela page de wikipedia :
Le nom de la localité est attesté sous les formes Locmaria de Lanmeanec en 1477, Locmaria Lanvenec en 1610 et Loc-Maria Plouzané en 1790. Locmaria-Plouzané vient du breton Loc Maria (« lieu consacré à Marie »), Plou (« paroisse ») de saint Sané.

Préhistoire
Repris de la page de wikipedia : "
Paul du Chatellier a exploré en 1892 près du village de Brendégué un tumulus de l'âge du bronze à Locmaria-Plouzané, d'un diamètre de 22 mètres et d'une hauteur d'1,50 mètre ; « la chambre était construite en pierres, disposées en encorbellement, et contenait des restes incinérés sur une épaisseur de 4 à 6 centimètres. Au centre était une grosse pierre sur laquelle avait été placée une tête de grand cerf (...) ». Tout auprès on a trouvé deux petits poignards de bronze et un long poinçon en os

Monumets
Repris de la page de wikipedia :

  • L'église Notre-Dame (rebâtie entre 1768 et 1779) ; selon Albert Le Grand, elle aurait été édifiée à l’emplacement d'un sanctuaire dédié par saint Sané à Notre-Dame-de-Lanvénec (dont on trouve, à gauche du maître-autel, la statue écrasant des pieds un serpent). La cuve octogonale en plomb des fonts baptismaux (qui date de 1530) et la Piétà en kersanton (située à l'extérieur de l'église) sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. L'église possède de nombreuses statues polychromes.
  • La chapelle Saint-Sébastien, (1640), érigée sur un terrain où sont enterrées les victimes d'une épidémie de peste qui fit 53 victimes. On peut y voir un groupe taillé en pierre de Kersanton représentant une scène très rare dans la statuaire religieuse : le martyre de sainte Apolline, patronne des dentistes. Il provient de l'ancienne chapelle proche du manoir de Kervasdoué.
  • 13 croix et calvaires dont :
    • la croix de Keriel (XIIIe siècle) ;
    • la croix des Anglais (XVIe siècle) ;
    • la croix de Keriscoualc'h. Cette stèle ("Lec'h" en breton) de l'âge du fer et christianisée par l'ajout d'une croix possède une forme et des dimensions laissant penser qu'il s'agit également d'un menhir retaillé. Avec une hauteur de 3m70, c'est l'un des plus grands monuments de ce type en Bretagne;
    • Les croix du bourg. Il s'agit de deux stèles datant de l'âge du fer, christianisées par l'ajout d'une croix en leur sommet97.
  • L'ensemble mégalithique de Kereven. Cet ensemble était constitué de deux alignements de 21 et 12 menhirs, tous en quartzite sauf un en micaschiste et présentant de petites cupules. Progressivement démantelé au cours de la première moitié du XXe siècle, seul un menhir est encore debout, intégré à une haie bocagère.
  • Le manoir de Goulven, bâti au XVe siècle, possède un vomitoire, dont on se servait au Moyen Âge, à l’issue des grands festins.
  • Le manoir de Troharé "est vraisemblablement une demeure de tisserands datant du XVe siècle.
  • Le manoir de Neiz Vran (le « nid du corbeau ») date aussi du XVe siècle.
  • Le manoir de Brendégué : seuls quelques vestiges en subsistent.
  • Le manoir de Kerscao "(XVIe siècle), propriété de la famille de Kerguiziau, possède un colombier et une chapelle Saint-Claude".
  • Le manoir de Kervasdoué date du XVIIIe siècle, propriété de la famille de Kerguiziau de Kervasdoué.
  • La fontaine Notre-Dame-de-Lanvénec (XVe siècle) : bâtie avec les restes d’un ancien calvaire (une pierre porte la date de 1617), elle est surmontée d'une statue du Christ en kersantite.
  • Les stèles de la Croix normand.
  • L'abri douanier de Déolen.
  • Les ruines de Poulpiquet, bastion de la Maison de Poulpiquet du Halgouët.
    • Le château de Moguérou date du XIXe siècle ; il a été bâti au point culminant de la commune.
  • Le fort de Toulbroc’h (le « trou du blaireau ») conserve 4 blockhaus allemands datant de la Seconde Guerre mondiale. On peut trouver de nombreuses constructions en béton bâties par les Français entre 1884 et 1910.