Saint-Renan

Pour commencer les liens des pages de wiki-brest et wikipedia

Toponymie
Repris de la page de wikipedia
Attestée sous le nom Santus Ronanus Lutosus (Saint-Renan de la Boue) au XIIIe siècle. Cette distinction « de la boue » est liée à la morphologie ancienne du territoire composée de prairies marécageuses, notamment aux alentours de l'actuel lac de Ty-Colo.
La paroisse est dénommée Saint Renan dou Tay (en 1275) [que l'on peut traduire par « Saint-Renan des Marais »], Sanctus Ronanus lutosus (au XIIIe siècle), Sanctus Ronanus in luto (vers 1330), Saint Renan (en 1341), Locus Sancti Ronani (en 1388) et Saint Renan du Tay (en 1486).
Le nom breton de la commune est Lokournan.
Saint-Renan tient son nom d'un ermite irlandais, saint Ronan qui serait venu sur une auge de pierre (selon la légende), aurait remonté la vallée de l'Aber Ildut et venu évangéliser la région au Ve siècle ; il se serait d'abord installé près d’une source (Toul an Aon, « Trou dans la rivière »), située au voisinage de la mairie actuelle de Saint-Renan avant d'aller s'installer à Locronan.

Monuments
Repris de la page de wikipedia

- Église Notre-Dame-de-Liesse et ses vitraux.
Repris de l'article détaillé
L'ancienne église du prieuré de saint Renan (ou saint Ronan), simple chapelle, est rebaptisée Notre-Dame-de-Liesse en 1747, est détruite en 1760 par un incendie et dépendait de l'abbaye de Saint-Mathieu.
La tour gothique s'écroule à la suite de sa démolition partielle par la foudre en 1768. Le clocher ainsi que les six premières travées furent reconstruits à neuf après le 21 mai 1771 (plans dressés par Sr. Jaouen, entrepreneur à Brest, et travaux réalisés par Pierre Cranec) ; puis en 1869, il fut agrandi sur les plans de Joseph Bigot par l’adjonction du chœur actuel de style roman, prenant ainsi la forme d’une croix latine. La tribune date de 1891. L'édifice a été restauré en 1904 par les soins de l'abbé Stéphan, curé archéologue. En 1969 a lieu un nouveau remaniement avec dépouillement d’une grande partie des ornements.
L'église comprend une nef de six travées avec bas-côtés, prolongée par un chœur de deux travées droites et d'un rond-point de sept arcades entouré d'un déambulatoire sur lequel s'ouvrent trois chapelles rayonnantes. Le clocher est couronné par un lanternon, amorti en dôme et surmonté lui-même d'un petit lanternon.
  • Quatre maisons à pignon et à pans de bois, dont :
    • Maison Cardinal (inscrite MH90), XVIe siècle. Maison à colombage présentant une façade avec deux étages s'avançant en porte-à-faux. La toiture forme une avancée en demi-cercle La poutre entre le rez-de-chaussée et le premier étage est décorée de grotesques (têtes, choux frisés, salamandre).
    • Maison Gérard (inscrite MH92), XVIe siècle.
    • La maison Cardinal
    • La maison Gérard.
  • La « Chapelle des voleurs » n'est en fait qu'un ancien pavillon de chasse construit en 1870 par le propriétaire du manoir de Langongar avec des pierres provenant d'une chapelle détruite. Elle doit son nom à sa situation (isolée) dans le « Bois des larrons » (dit aussi « des voleurs », Coat an Ibil en breton)94.

Événements
Repris de la page de wikipedia
Tous les deux ans s'y déroule une grande fête médiévale dénommée Les Médiévales. Le centre historique de Saint-Renan se pare alors de magnifiques oriflammes et autres écussons afin d'accueillir la grande fête médiévale et ses 30 000 spectateurs. Jusqu'en 2007, cette grande fête avait lieu tous les ans.